ÏÑÈÇÑå ãÇ

ÓÇیʝåÇی ÏیÑ

ÕæÊی æ ÊÕæیÑی

ãÞÇáÇÊ

ÇÎÈÇÑ æ ÒÇÑÔÇÊ

ÇØáÇÚíååÇ æ ÈíÇäíååÇ

ÕÝÍå äÎÓÊ

 

Le massacre du peuple palestinien, un crime contre l'humanité

Depuis une semaine maintenant, l'armée du gouvernement raciste israélien bombarde la bande de Gaza depuis le sol et les airs. Des centaines d'habitants de Gaza ont été tués et blessés lors des attaques, de nombreux bâtiments se sont effondrés sur leurs habitants et une grande partie des infrastructures de Gaza a été endommagée. Les responsables médicaux de Gaza disent que jusqu'à présent, 192 personnes, dont 58 enfants et 34 femmes, ont été tuées à Gaza depuis que l'armée israélienne a commencé à bombarder et que le nombre de morts augmente. Cinquante-deux Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza rien que jeudi, le nombre de morts quotidien le plus élevé depuis lundi dernier. Les responsables israéliens affirment que dix personnes ont été tuées dans les attaques du Hamas, dont un patrouilleur à la frontière de Gaza, un travailleur indien et des civils israéliens, dont deux enfants. Le nombre de morts parmi les combattants montre l'équilibre des pouvoirs qui régit cette guerre dévastatrice. Netanyahu et l'armée israélienne annoncent leurs attaques brutales au nom de la légitime défense, et le monde occidental tout entier répète la même chose dans leurs médias. Et c'est ainsi que la place de la victime et du criminel change. Pendant ce temps, ce qui se cache derrière la propagande de l'Etat raciste d'Israël et de ses défenseurs impérialistes est la véritable cause de cette guerre dévastatrice. Cette dissimulation vicieuse efface l'histoire de plus de soixante-dix ans d'occupation, de répression et de déplacement de millions de Palestiniens, et en même temps marginalise l'événement spécifique qui a conduit à cette série de guerre dévastatrice.

Il y a une semaine, le gouvernement israélien a ordonné l'évacuation des Palestiniens de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, ouvrant la voie à de nouveaux colons. Les Palestiniens, en particulier les jeunes, ont résisté à cette décision. La réponse du gouvernement israélien a été d'envoyer des forces militaires et de sécurité pour réprimer les Palestiniens et construire un mur de sécurité pour l'extrême droite israélienne. Cela a déclenché une guerre qui serait l'une des guerres les plus dévastatrices entre le gouvernement occupant et les Palestiniens. Aujourd'hui, à l'occasion du 73e anniversaire de la catastrophe, les familles palestiniennes doivent être expulsées pour que les Palestiniens vivent à nouveau la même terrible expérience historique. Ils rappellent la proclamation de la création de l'État d'Israël, où plus de 700 000 Palestiniens ont été expulsés de leurs villages et de leurs maisons. C'était le début d'une catastrophe qui a entraîné le déplacement de plus de quatre millions de Palestiniens en Jordanie, en Syrie et au Liban. L'histoire de ces soixante-douze ans est l'histoire de l'occupation brutale d'un régime raciste et l'histoire de la résistance et de la juste lutte d'une nation qui se bat pour son droit à la vie. Toute cette histoire décrit l'annexion de la terre des Palestiniens. Même maintenant, le cinquième de la terre qui a été donnée aux Palestiniens pendant la division injuste au moment de la fondation de l'État d'Israël diminue tout le temps.

Ce qui reste aux Palestiniens, ce sont des fragments sur la rive ouest du Jourdain, qui sont constamment dévorés par les mêmes colonies juives, et la grande prison de Gaza, qui est entourée de tous côtés par le gouvernement israélien et détruite pendant l'épidémie. de toute guerre.

Le fait est que la situation se complique chaque jour pour les Palestiniens, et en l’absence d’une force progressiste dirigeante et d’un horizon de recherche de liberté et d’égalité, cette situation crée des conditions favorables pour ceux qui sont fortement réactionnaires et anti-liberté.

La question est maintenant de savoir si une nouvelle Intifada se formera au cœur de cette guerre dévastatrice, si la résistance de la nation se répandra dans les territoires occupés, si les forces de gauche du mouvement palestinien et les forces progressistes en Israël pourront mettre fin. la domination de l'État corrompu et autonome en Cisjordanie et les tendances réactionnaires du Hamas et du Jihad islamique dans la bande de Gaza ainsi que l'ingérence et l'influence du Hezbollah et de la République islamique d'Iran? Et pourront-ils trouver une alternative à la politique d'occupation et de nettoyage ethnique du gouvernement israélien? Et enfin, la classe ouvrière et le mouvement socialiste et progressiste au Moyen-Orient peuvent-ils répondre à cette crise la plus critique de la région? Au moins au cours de cette triste histoire, la plupart des habitants de cette région ont manifesté un profond sentiment de solidarité avec le sort des Palestiniens. Maintenant, une fois de plus, ce sens de la solidarité doit se manifester pour la défense du droit à la vie du peuple palestinien et pour la défense du droit de former un État palestinien. Les gouvernements impérialistes occidentaux ont payé le prix de leurs crimes séculaires contre les Juifs en déplaçant une nation, et maintenant, après soixante-treize ans, ils ont montré leur essence inhumaine en déclarant leur solidarité avec l'État oppressif d'Israël. Et cela, bien sûr, n'est pas nouveau.  Toutes ces années, ils ont soutenu toute agression apparente du régime d'occupation contre le peuple palestinien.

Le fait est que la résolution de la crise palestinienne ouvrira la voie à la lutte des classes dans toute la région, à la fois parmi les Palestiniens et dans la société israélienne. C'est pour une raison que toutes les forces qui voient leurs intérêts à s'opposer à un mouvement de classe sont diligentes à fomenter des conflits et des guerres entre les habitants de cette région au nom de l'ethnicité et de la religion. La haine et l'inimitié entre les travailleurs palestiniens et israéliens, entre les travailleurs de toute la région, doivent remplacer la solidarité de classe, de sorte que toutes les tendances racistes, toutes les tendances extrémistes juives et toutes les branches de l'islam politique gardent le dessus. Cela oblige l'humanité progressiste à venir en aide au peuple palestinien en créant un large front de soutien et de solidarité. Cette guerre destructrice ne doit pas être autorisée à enterrer les derniers espoirs et aspirations d'une nation pour créer un État indépendant et se débarrasser des souffrances actuelles! L'humanité progressiste doit et peut mettre fin aux politiques racistes et agressives du gouvernement israélien. C’est ainsi que les espoirs et les aspirations d’une nation à la libération deviennent réalité.

Bureau des relations internationales du Parti communiste iranien

17 mai 2021

cpiran.intern@gmail.com

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

The massacre of the Palestinian people, a crime against humanity

For a week now, the army of the racist Israeli government has been shelling the Gaza Strip from the ground and air. Hundreds of Gaza residents have been killed and wounded during the attacks, many buildings have collapsed on their residents and a large part of Gaza's infrastructure has been damaged. Medical officials in Gaza say so far 192 people, including 58 children and 34 women, have been killed in Gaza since the Israeli army began bombing and the death toll is rising. Fifty-two Palestinians were killed in the Gaza Strip on Thursday alone, the highest daily death toll since last Monday. Israeli officials say ten people have been killed in Hamas attacks, including a patrol soldier on the Gaza border, an Indian worker and Israeli civilians, including two children. The death toll on the fighting sides show the balance of power that governs this devastating war. Netanyahu and the Israeli army are announcing their brutal attacks in the name of self-defense, and the whole Western world is repeating the same thing in their media. And this is how the place of the victim and the criminal is changed. Meanwhile, what lies behind the propaganda of the racist state of Israel and its imperialist defenders is the real cause of this devastating war. This vicious concealment erases the history of more than seventy years of occupation, repression and displacement of millions of Palestinians, and at the same time marginalizes the specific event that led to this round of devastating war.

One week ago, the Israeli government ordered the evacuation of Palestinians from their homes in the Sheikh Jarrah neighborhood of East Jerusalem, paving the way for new settlers. The Palestinians, especially the youth, resisted this decision. The Israeli government's response was to send in military and security forces to suppress Palestinians and build a safe wall for the Israeli far-right. This sparked a war that is said to be one of the most devastating wars between the occupying government and the Palestinians. Now, on the 73rd anniversary of the catastrophe, Palestinian families must be evicted so that Palestinians live the same terrible historical experience once again. They recall the proclamation of the establishment of the state of Israel, where more than 700,000 Palestinians were expelled from their villages and homes. This was the beginning of a catastrophe that resulted in the displacement of more than four million Palestinians in Jordan, Syria and Lebanon. The history of these seventy-two years is the history of the brutal occupation of a racist regime and the history of the resistance and just struggle of a nation that is fighting for its right to live. All this history describes the annexation of the land of the Palestinians. Even now, the one-fifth portion of the land that was given to the Palestinians during the unjust division at the time of founding the state of Israel is shrinking all the time. What is left for the Palestinians are fragments on the west bank of the Jordan River, which are constantly being devoured by the same Jewish settlements, and the large Gaza prison, which is surrounded on all sides by the Israeli government and is destroyed during the outbreak of any war.

The fact is that the situation is getting tougher for the Palestinians on a daily basis, and in the absence of a leading progressive force and a freedom and equality seeking horizon, this situation creates favorable conditions for those who are strongly reactionary and anti-freedom.

The question now is whether a new intifada will form from the heart of this devastating war, whether the nation's resistance will spread throughout the occupied territories, whether the left-wing forces in the Palestinian movement and the progressive forces in Israel will be able to end the domination of the corrupt, autonomous state on the West Bank and the reactionary tendencies of Hamas and Islamic Jihad in the Gaza Strip as well as the interference and influence of Hezbollah and the Islamic Republic of Iran? And will they be able to find an alternative to the Israeli government's policy of occupation and ethnic cleansing? And finally, can the working class and the socialist and progressive movement in the Middle East respond to this most critical crisis in the region? At least along this sad history, most of the inhabitants of this region have shown deep sense of solidarity with the fate of the Palestinians. Now, once again, this sense of solidarity must come to the fore in defense of the right to life of the Palestinian people and in defense of the right to form a Palestinian state. The imperialist governments of the West paid the price for their centuries-old crimes against the Jews by displacing a nation, and now after seventy-three years, they showed their inhuman essence by declaring solidarity with the oppressive state of Israel. And this, of course, is not new. All these years, they have supported any apparent aggression of the occupying regime against the Palestinian people. All these years, they have shamelessly called the government formed on the basis of the displacement of a nation the only democratic government in the region.

The fact is that resolving the Palestinian crisis will pave the way for class struggle throughout the region, both among the Palestinians and in Israeli society. It is for a reason that all the forces that see their interests in opposing a class movement are diligent in fomenting conflicts and wars among the inhabitants of this region in the name of ethnicity and religion. Hatred and enmity between the Palestinian and Israeli workers, between the workers throughout the region, has to take the place of class solidarity, so that all racist tendencies, all Jewish extremist tendencies and all branches of political Islam keep the upper hand. This obliges progressive humanity to come to the aid of the Palestinian people by creating a broad front of support and solidarity. This destructive war should not be allowed to bury the last hopes and aspirations of a nation to create an independent state and get rid of the current sufferings! Progressive humanity must and can put an end to the racist and aggressive policies of the Israeli government. It is in this way that the hopes and aspirations of a nation for liberation become a reality.

Bureau of International Relations of the Communist Party of Iran

17 May 2021

ãØÇáÈی ˜å ÝÞØ ãÊÚáÞ Èå Çíä ÓÇíÊ ãíÈÇÔÏ¡ ÇäÊÔÇÑ Âä ÈÇ ÏÑÌ ãäÈÚ ÂÒÇÏ ÇÓÊ